À Propos

Le Théâtre des Petites Lanternes (TPL) met en scène un travail de création inclusif d’une participation citoyenne. Sollicité tant en Estrie qu’ailleurs au Canada et dans le monde, nous mettons en chantier plusieurs formes de collaborations artistiques, certaines sont de courte durée et d’autres induisent des partenariats de plus longue envergure. À Sherbrooke, nous poursuivons assidument notre travail d’ancrage dans notre centre-ville avec qui nous contribuons à une signature originale par son développement artistique. Convaincus que les arts jouent un rôle majeur dans une écologie de société, l’équipe du TPL est soucieuse que ses créations contribuent aussi à un mieux-être dans la vie des gens.

Mission

 

Produire des créations théâtrales qui rassemblent citoyens et publics autour d’enjeux propres à susciter questionnements et dialogues.

 

Vision

 

Unir les imaginaires d’artistes et citoyens et impulser un mieux-être collectif à travers l’évolution et le développement de nouvelles pratiques théâtrales en art social.

Valeurs

Au Théâtre des Petites Lanternes, l’humain est au cœur de nos créations. C’est avec cette sensibilité et cette bienveillance envers l’autre que nous approchons notre travail. Nous aspirons à ce que nos actions en soient le reflet.

Nous entamons un tout nouveau projet à l’écoute de celles et ceux qui vivent autour de nous, venus de tous horizons. C’est dans cet aller-retour que se développent nos collaborations. C’est là que se trouve la clé de voûte de nos créations.

Notre compagnie est curieuse. Curieuse d’entendre vos histoires et de voir nos artistes les mettre sur la scène, sachant la responsabilité qui nous incombe d’y rendre justice ; curieuse de prendre le chemin qui détourne, qui défriche de nouveaux sentiers, qui ouvre d’autres horizons ; curieuse d’écouter les battements humains, de saisir les diverses réalités, d’oser faire face aux émotions qui s’installent et de laisser place à l’audace.

Nos méthodologies sont ambitieuses. Nous travaillons fort, nous travaillons bien et nous travaillons dans le plaisir ! Chaque geste posé dans une création est pensé et mesuré. Être ensemble vers un bien commun est exigeant, mais nous y croyons.

 

Reconnaissance des Premières Nations et des territoires traditionnels

Le Théâtre des Petites Lanternes reconnaît que les lieux où se tiennent ses activités font partie du territoire traditionnel non cédé de la Confédération des Abénakis et des Wabanakis. Leurs terres traditionnelles incluaient des parties du sud-est du Québec, l’ouest de l’État du Maine et le nord de la Nouvelle-Angleterre.

 

Les Abénakis et les Wabanakis tirent leur nom d’un mot de leur langue qui signifie « peuple de la terre de l’aurore » ou « peuple de l’Est ». Leur Famille linguistique et culturelle est algonquienne. Établi à Odanak et à Wôlinak, ce peuple est réputé pour ses vanneries, ses danses traditionnelles, ses masques, ses totems et son premier musée autochtone au Québec.

 

Le Théâtre des Petites Lanternes reconnaît également la stigmatisation historique exercée sur les premiers peuples de ce qui est appelé le Canada, la responsabilité que nous avons comme société, et comme citoyen.ne d’être activement engagés dans le processus de réconciliation et il s’engage, à travers ses diverses démarches de créations, à promouvoir le dialogue.

 

1998

France

2007

Déménagement

2012

Rivières de lumières

2018

Fondation

2005

Grande Cueillette des mots

2008

Nouvelle direction

2015

Congo

Historique

Le Théâtre des Petites Lanternes a été fondé à Sherbrooke en 1998 par des artistes et des gens issus de différents domaines des arts de la scène, ainsi que de personnes venues de différents secteurs de la société civile. Au fil des ans, les créateurs qui ont gravité autour du TPL ont sans cesse repoussé leurs limites pour trouver des moyens novateurs d’aborder notre pratique artistique engagée et pour donner naissance à nos œuvres. La première création fut Les Lanternes oubliées ou Allégorie d'une planète en quête de Lumières.

Entre 1998 et 2008, il y a eu la création des résidences artistiques in situ dans Hochelaga Maisonneuve et ensuite, le démarrage du projet TERRE à Sherbrooke, projet qui a duré 7 ans.

En 2005, une résidence artistique avec le Théâtre de l’Artifice en France sera déterminante pour notre Théâtre. C’est là qu’avec l’équipe de la compagnie et son directeur artistique Christian Duchange, Angèle Séguin et Sylvia Rolfe, directrice des liens avec la communauté, prennent leur inspiration pour, ensuite, créer Les Grandes Cueillettes des Mots. En 2007, Sherbrooke est le creuset de la recherche-création et production de la première Grande Cueillette des mots, processus de création maintenant devenu un élément phare de la compagnie.

À la fin 2007 et au début 2008, le TPL quitte le 18, rue Wellington Nord et emménage au Centre des arts de la scène Jean-Besré. Ce lieu de recherche-création et de production offert par la Ville de Sherbrooke met gratuitement à notre disposition des locaux administratifs, des lieux de répétitions, d’entreposage, de fabrication de décors et de costumes. Ce soutien inestimable viendra à coup sûr contribuer à la recherche et au développement du TPL ainsi qu’à son rayonnement national et international. Notre méthodologie de la Grande Cueillette des mots s’envole à Hong Kong, au Brésil, en Haïti, à Lac-Mégantic et en République démocratique du Congo.

En 2012, le TPL crée le poste de direction générale et Kristelle Holliday est recrutée. Forte de son expérience, elle prendra la direction artistique de Rivières de Lumières en 2015 et continuera à concevoir des grands projets transformateurs au cœur du centre-ville de Sherbrooke, comme Quatre-Quarts et les Lanternes vivantes. C’est ce travail qui l’amènera à être nommée co-directrice artistique de TPL en 2018, ce qui viendra renforcer la vision artistique du TPL et contribuer à son rayonnement.

 

En 2018, le TPL termine un projet de près de 3 ans, bâti en collaboration avec Oxfam-Québec et le Réseau des femmes chrétiennes du Congo, autour de la violence faite aux femmes et aux filles. Ce projet est développé à Kinshasa, en République démocratique du Congo. Sur le groupe de travail, le TPL collaborera avec l’Ambassade du Canada, ONU-femmes, UNICEF, UNFPA, le Cadre permanent de concertation de la femmes congolaise et l’Alliance Nationale des Autorités Traditionnelles du Congo, entre autres.

Signature artistique

Le Théâtre des Petites Lanternes appuie ses fondements artistiques sur un concept théâtral qu’est celui de brancher la création sur le vécu du spectateur avant même que le spectateur lui-même voie le spectacle. Artistes dans la cité, citoyens de notre milieu et au milieu des autres citoyens, nous favorisons des processus de création et de cocréation en phase avec celles et ceux qui vivent petites et grandes histoires personnelles et collectives. Et c’est le partage de ces histoires qui inspire notre imaginaire, nous insuffle nos images et nos personnages, nous provoque dans nos choix dramaturgiques où nous tentons de représenter l’humain dans sa totalité et dans son intimité. C’est pourquoi nos créations sont engagées artistiquement, socialement et spirituellement. Transportées au cœur de la vie des gens sur tous les continents depuis 20 ans, nos créations questionnent, provoquent et invitent à entreprendre des transformations. C’est là que notre théâtre fait sens.

Mot de la direction artistique

Au Théâtre des Petites Lanternes, créer c’est parler de l’humain dans sa globalité. C’est à sa rencontre que nous avons choisi d’aller. Ainsi, notre geste créateur brouille les frontières entre l’art et la vie quotidienne, poussant notre recherche vers de nouvelles manières de « dire ». Nos créations artistiques sont engagées et nous veillons à ce qu’elles s’inscrivent dans cette logique où l’œuvre interroge et où se joue la tension entre les aspirations individuelles et les enjeux collectifs.

Nous nous intéressons à développer des processus de création qui tiennent compte de notre apport à l’œuvre et à la collectivité et qui nous mènent à l’élaboration de nouvelles écritures scéniques. Nous avons à cœur de trouver des voix d’inclusion. Chaque nouvelle création nous sort de notre zone de confort, vient impulser une stratégie de coconstruction entre les artistes avec qui nous développons nos productions et avec chaque communauté auprès de qui nous évoluons. C’est ce qui contribue à faire avancer nos modes de création, à repenser nos manières de se rencontrer, de se parler et de coopérer. 

Et, tout en maintenant notre qualité artistique, nous ambitionnons que notre art contribue, lui aussi, à atteindre un mieux-être collectif. 

Angèle Ségun

aseguin@petiteslanternes.org

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black YouTube Icon
  • LinkedIn