signature_-monarque-noir.png


MARDI LE 8 NOVEMBRE À 19h30
AU CENTRE CULTUREL DE L'UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

La pièce

Sur scène, cinq figures condensent les voix de centaines de vétérans et vétéranes, de militaires et de leurs proches : cinq lignes de vie comme autant d’histoires témoignant du quotidien de ces gens, affectés de différentes manières par les blessures de stress opérationnelles et le syndrome de stress post traumatique.

Les crédits

Direction artistique : Angèle Séguin

 

Distribution 

L’AUMÔNIER | Aumônier des Forces armées et vétéran Albert Kwan
LA MILITAIRE | Femme de la Force régulière et vétérane Emmanuelle Laroche
LE RÉGULIER | Homme de la Force régulière Sébastien Rajotte
LE RÉSERVISTE | Homme de la Force de la réserve et vétéran Étienne D’Anjou
LA CONJOINTE | Elle porte aussi la parole des proches Ann-Catherine Choquette

 

Co-autrices : Angèle Séguin et Amélie Bergeron
Conseiller dramaturgique : Paul Lefebvre

Mise en scène : Amélie Bergeron
Assistance à la mise en scène : Joana Méthot
Conception lumières : Andréanne Deschênes
Conception costume : Sébastien Dionne
Conception musique : Maxime Racicot

Direction de production : Andrée-Anne Pellerin
Direction technique : Patrice Daigneault

Médiation culturelle et conception affiche : Frédérique Giguère 
Agente de développement : Marie-Soleil Beaupré-Savard
Agente aux communications : Mégane Lortie
Responsable des relations médias : Marie-Anne O’Reilly
Déclinaison des visuels : Strass

Encadre�cc�81 de�cc�81chirure2.png
Encadre�cc�81 de�cc�81chirure2.png
Équipe artistique
AngeÌle Seìguin portrait_ face resserreì - Modifié.png

Angèle Séguin

DIRECTRICE ARTISTIQUE ET CO-AUTRICE

Angèle Séguin est autrice, metteure en scène, chargée de cours, conférencière, diplômée de l’ex-option théâtre de l’Université de Sherbrooke, membre fondatrice et directrice artistique du Théâtre des Petites Lanternes à Sherbrooke. Inspirée par les démarches de co-création, en 2006 elle créée et développe le processus de création de la Grande Cueillette des Mots dont le spectacle émerge de la parole brute, citoyenne, recueillie dans les Carnets de paroles et avec lequel elle a mis en œuvre une série de collaborations artistiques et de cocréations sur les scènes nationales et internationales La Grande Cueillette des mots a voyagé sur quatre continents, avec six spectacles : de Sherbrooke à Hong Kong, de l’Angleterre au Brésil, d’Haïti au Congo-Kinshasa puis de retour au Canada. D’un pays à l’autre, inspirée des contextes, des artistes et de la parole des écrivants et des écrivantes, la formule a connu des transformations. Outre ses créations en Estrie depuis plus de trente ans, elle a offert ateliers et conférences sur divers continents à propos de sa démarche de création et de sa vision des arts. Ses réalisations lui ont valu plusieurs reconnaissances ici et à l’étranger. Membre de différents comités de travail dont le Conseil Québécois du Théâtre et de Comité d'évaluation des Conseil des arts au Québec, au Canada et au Nouveau-Brunswick, elle a siégé au conseil d’administration du Conseil de la Culture de l’Estrie de nombreuses années, a été présidente de sa Commission théâtre et a initié et présidé les États généraux des arts et de la culture en Estrie, entre 2011 et 2016 qui ont mené à la Stratégie culturelle estrienne.

Les co porte-paroles

L’ex-ministre Marie Malavoy, et le Brigadier-Général (Ret) Richard Giguère, se joignent à nous à titre de co porte-paroles du Projet Monarques.

La notoriété qui leur est accordée dans leurs milieux respectifs, en plus des grandes qualités humaines qui les définissent,

serviront certainement à mieux faire connaitre et comprendre l’enjeu fragile et complexe de la santé mentale,

ainsi que le rôle que les arts peuvent jouer dans l’ouverture d’un dialogue entre les mondes civil et militaire.

marie.jpg

La vie comporte son lot de blessures. Chacune, chacun porte les siennes. Parfois les cicatrices se sont effacées avec le temps. Parfois elles sont encore bien visibles à l’œil nu. Parfois encore elles prennent toute la place dans le regard que l’on porte sur soi-même. Elles finissent par brouiller la vue et empêcher de vivre. On peut alors rester cantonné dans la douleur. Si personne autour de soi ne la comprend vraiment, ce cantonnement devient une prison. Mais si on peut la partager avec d’autres, ouvrir une brèche dans cette douleur, alors elle peut devenir le terreau d’une
nouvelle vie 

Marie Malavoy

Ex Ministre, membre du Comité femmes

et politique

« Tu es bon dans les sports mais tes résultats scolaires laissent à désirer, tu manques de discipline, tu n’as pas trop de buts dans la vie, va donc au centre de recrutement de l’armée, ils sauront te remettre dans le droit chemin, de plus, il y a plein d’avantages ». Dans ma jeunesse, on entendait parfois ce genre de commentaire... 

giguere.jpg

Richard Giguère

Ex Général des Forces armées canadiennes

 

Monarques est un projet de théâtre bilingue, à l’échelle canadienne, du Théâtre des Petites Lanternes, qui donne une voix à des vétéran.e.s, à des familles de militaires et à leurs proches à propos de leurs blessures liées au stress opérationnel et post-traumatique, de leur marginalisation et des innombrables répercussions sur eux-mêmes, sur leur entourage et auprès de la collectivité.

1.png
silhouette transparent.png
3.png
4.png
2.png
trace.png

À propos

Les Monarques sont les seuls papillons à parcourir jusqu’à 5000 kilomètres lors de migrations massives nécessaires durant lesquels aura lieu la naissance des générations suivantes. Ce long voyage, essentiel à leur survie, les soumettra à des conditions météorologiques rudes dont plusieurs ne survivront pas.

C’est ce parcours éprouvant et transformateur duquel plusieurs ne reviendront jamais qui a inspiré le titre du Projet Monarques. Un chemin dont les impacts sont invisibles à nos yeux pour symboliser l’histoire d’hommes et de femmes militaires qui, au retour d’un voyage renfermant des expériences indicibles, vivent des traumatismes insaisissables et empruntent diverses voies pour trouver l’accalmie et tenter de mettre fin à ce qui peut devenir insoutenable.

Et nous, nous les côtoyons souvent avec distance, sans savoir.

L'origine
du projet

2.png

Le Théâtre des Petites Lanternes (TPL) met en scène des créations qui portent sur des sujets sensibles, complexes et actuels que nous souhaitons traiter dans l’espace public afin d’ouvrir le dialogue.

 

Ce fut un bref courriel de Gilles Viger qui nous interpella sur le sujet. Puis, une première rencontre avec lui, Gilles Samson et Robert Groulx : leurs propos intimes et évocateurs nous ont fortement bousculés et rapidement confrontés à nos préjugés et à notre perception de cette partie de la population. Jamais nous n’avions pensé créer une œuvre autour des enjeux liés au stress post-opérationnel. Nous nous sommes retrouvés devant un conflit de valeurs, entre l’humain qui s’isole et qui souffre, et notre rejet de la guerre, voire même du soldat.

« Si vous n’avez jamais porté les bottes, vous ne pouvez pas savoir ce que ça fait. » 

ligne e�cc�81paisse craie.png

Face à cet enjeu si délicat et complexe qui suscite une multitude d’émotions, que pouvions-nous entreprendre en tant que théâtre? 

 

Devant ce drame humain, il ne s’agissait pas pour nous de donner une opinion sur la pertinence de la guerre ou de l’armée, mais de faire en sorte que notre travail artistique puisse aider à «décadenasser» la parole de celles et ceux qui n’osent pas dire. Nous avons donc choisi de partir d’une parole intime – la leur – pour créer une œuvre sensible permettant de nous attarder à ce qui nous rassemble.

 
 

Le processus
de création

Pour nous permettre de créer sur des sujets aussi complexes que celui de Monarques et d’y incarner pleinement notre mission et nos valeurs, Angèle Séguin, co-autrice et directrice du Théâtre des Petites Lanternes a développé avec l'organisation un processus de création singulier et inclusif d’une participation citoyenne : la Grande Cueillette des Mots (GCM). 

 

C’est ainsi qu’avec la GCM, des œuvres intimes et engagées ont émergé un peu partout sur la planète et ont reçu plusieurs prix et reconnaissances. C’est cette démarche de création, qui se prête à tous égards à la complexité du sujet, que nous avons privilégiée pour Monarques. 

Le processus de création de la GCM s’appuie sur une structure à la fois solide et flexible qui comprend plusieurs étapes soigneusement et artistiquement ordonnancées. C’est en suivant ce processus que, même dans le contexte de la COVID-19, le Projet Monarques a réussi à rejoindre plus de 200 personnes, vétérans, vétéranes et famille de militaires, pour les inviter à écrire de manière libre, volontaire et totalement anonyme dans un Carnet de parole. Plus de 2 000 pages de mots révélateurs d’histoires et de non-dits ont ainsi été recueillis. Une matière brute à partir de laquelle l’œuvre théâtrale sera tirée.

fleur-noir_lettres_TEST_KAKI.tif

La force

du nombre

 

Pour réaliser un projet d’une telle envergure et d’une si grande sensibilité, Angèle Séguin, notre directrice artistique au TPL, s’entoure d’équipes chevronnées : un Comité de pilotage, une équipe artistique, une équipe de réseautage en lien avec la collectivité, une équipe de documentation, une équipe de recherche ainsi que l’équipe travaillant quotidiennement au TPL.

monarque_sillonera.gif

Monarques sillonnera les routes

De janvier à avril 2021, Monarques ira à la rencontre de personnes vivant dans différentes régions canadiennes. Les ateliers d'écriture se dérouleront dans différentes provinces et régions ciblées avec l'aide du Comité de Pilotage, nous permettant de rejoindre un ensemble significatif de vétérans, de militaires, de familles de militaires et de leurs proches. Pour animer les ateliers d'écriture, nous avons des ressources bilingues qui se déplaceront avec du matériel disponible dans les deux langues. 

 

Monarques et COVID-19

Encadre�cc�81 de�cc�81chirure2.png

Toutes les mesures de sécurité seront mises en place en ce qui concerne les rassemblements dans le cadre de la crise sanitaire liée au COVID-19. En aucun temps, nous ne mettrons en jeu la santé de nos équipes ni celle de la population. 

 

Aussi, toutes les activités inscrites au Calendrier tiennent rigoureusement compte des critères émis par la Santé publique en ce qui concerne les mesures de santé qui entourent les rassemblements et de celles émises par la Commission des Normes, de l’Équité, de la Santé et de la Sécurité du Travail (CNESST). 


De plus, chacune de ces activités et leurs hypothèses de déploiement seront validées de façon continue avec nos partenaires en tenant compte, toujours, des critères de Santé publique qui prévalent autant chez eux que chez nous, afin de bien harmoniser le tout.

RAPPEL : Dans le contexte de la COVID-19, si les rencontres ou les ateliers d’écriture ne pouvaient pas se tenir en présentiel, où que ce soit au Canada, tout le matériel pour réaliser le projet à distance et/ou de façon hybride a été élaboré et mis en place. Nous travaillerons en étroite collaboration avec les diverses organisations pour le rendre disponible et faciliter le déroulement des écritures au moment opportun.