top of page

Les artistes invité.e.s pour les lectures publiques | Biographie de Maria-Louise Nanipou


Maria-Louise Nanipou- Interprète




Maria-Louise est originaire de la communauté innue de Pessamit située sur la Côte-Nord. Elle fait partie des femmes autochtones qui vont à la rencontre de nos gens et de nos familles, afin de mieux saisir nos réalités et partager celles-ci. Mettre en avant-scène, celles et ceux qui œuvrent à l’inclusion et qui mettent de l’avant nos cultures pour les générations futures.



Lors des allégations d’abus de policiers de la Sûreté du Québec de Val-D’Or envers des femmes autochtones, elle partage publiquement au Téléjournal de l’Est de la SRC:

« L’intégrité de la femme... S’il y en a une qui est touchée, ce sont toutes les femmes qui sont touchées. »

Elle fait partie des toutes premières femmes Innues à franchir le pas vers les études universitaires. Elle est la première femme autochtone francophone, au Québec, à obtenir un diplôme en communication spécialisé en journalisme. Elle voulait briser le silence tout en parlant sa langue, l’innu-aimun. Maria-Louise voulait écouter, comme les aînés.

Entourée d’une équipe multidisciplinaire, elle a contribué à la naissance des services communautaires au bénéfice des autochtones vivant en milieu urbain. Maria-Louise a participé à des rencontres politiques interministérielles ainsi qu’à plusieurs Assemblées des chefs des Premières Nations. Elle a obtenu une bourse du Conseil des arts du Canada, tout en occupant un poste de direction au Centre d’amitié autochtone de Sept-Îles.


À Radio-Canada, en l’espace de deux ans et à titre de reporter spécialisée aux enjeux autochtones, elle a présenté près de 200 chroniques dans les stations régionales du pays. Elle a produit des textes journalistiques d’impact dont plusieurs ont été diffusés à RCI, à l’international. Elle a participé à la réalisation de deux documentaires et elle a réalisé quatre entrevues télévisuelles (entretiens) dont une avec la première femme autochtone nommée juge à la Cour suprême du Canada, Michèle O’Bonsawin, deux avec l’artiste multidisciplinaire, Kathia Rock et une avec la première femme autochtone nommée gouverneure générale du Canada, Mary Simon.


bottom of page