top of page

Faustine Escoffier : Lauréat du 1er prix Art + Environnement

Le 11 décembre dernier, le centre culturel du Parvis accueillait les lauréat.s et lauréat.es  2023 pour l’Apéro culturel. Une nouveauté cette année : le prix Art + Environnement, décerné par le Conseil de la Culture de l’Estrie, en partenariat avec le Théâtre des Petites Lanternes, RURART, art contemporain en milieu rural et l’Université de Sherbrooke. Faustine Escoffier a conquis les membres du jury par son approche artistique et environnementale sensible, sincère et par la perspective de sa réflexion. Artiste pluridisciplinaire, elle navigue entre gravure, art de la fibre et peinture en s’inspirant, entre autres, des plantes. 


Sa muse: son mode de vie

Ayant un mode de vie autosuffisant depuis plusieurs années, c’est dans son quotidien que Faustine a questionné, exploré et développé sa relation au vivant, à ce qui l’entoure. Elle s’est penchée sur les notions d’abondance et de réciprocité, en s’adonnant, entre autres, à la construction d’une maison. S’étant toujours intéressé au jardinage, et puis, à l’herboristerie, elle se glissera doucement dans une démarche artistique à l’image de ce qu’elle a semé : continuer à investiguer, rechercher des façons de créer qui soient plus en cohérence avec la réalité environnementale actuelle, se responsabiliser personnellement, mais aussi se sentir responsable de ce que l’on lègue collectivement.

Crédit photo : Caro Lin


Revoir sa pratique artistique d’une manière plus

consciente

Pendant deux étés consécutifs, elle a eu l’occasion d’être assistante de recherche auprès de Regine Neumann, artiste et recherchiste à l’Université Bishop’s. Cette expérience aura été une révélation. Repenser les matières utilisées, les déchets, être plus conscient de ce qu’on fait et comment on peut améliorer certaines choses. « Elle m’a offert l’opportunité d’approfondir ce qui m’allumait : les différentes concoctions et recettes, comment faire des teintures végétales et extraire les pigments lac. Ces derniers ont d’ailleurs une longue histoire et ont été utilisés depuis des milliers d’années dans l’art et la décoration. 


Les ateliers

Faustine donne des ateliers sur la fabrication du papier avec les plantes. Dans le processus créatif, les gens doivent marcher, observer les plantes, découvrir leurs noms, leurs attributs. « Par ces gestes, on découvre les richesses de ce monde, la beauté et l’abondance. S’intéresser aux plantes et prendre le temps de passer un moment avec elles change complètement notre rapport au monde. Tout d’un coup, ce n’est plus impersonnel, ça développe un lien. » 


Ses inspirations artistiques

Joanne Rich a été l’une des inspirations de Faustine, au cours d’un stage qu’elle a effectué dans la province ontarienne pour en apprendre davantage sur la fabrication de papier végétal. Elle a travaillé avec l’asclépiade, la quenouille, les hémérocalles selon la tradition asiatique, méthode qu’elle n’avait jamais eu l’occasion d’aborder dans sa pratique auparavant. De plus, le livre « Tresser les herbes sacrées », de l’auteure Robin Wall Kimmerer l’a beaucoup touché. « Lorsque je parle du concept de réciprocité, c’est vraiment à elle que je pense. Avec mon bagage de descendance européenne qui vit en Amérique du Nord depuis une quinzaine d’année, je suis encore à me demander ce que ça signifie pour moi ». 


Le prix Art + Environnement

« Ça été toute une surprise pour moi, car je suis encore en début de carrière! ». Pour le dépôt de sa candidature, elle n’a fait aucune censure. Elle s’est même demandé : peut-être est-ce trop utopique car elle se dit souvent en réaction sur beaucoup de choses... « J’avais besoin de sentir qu’il y avait d’autres personnes comme moi, qui croyaient en l’utopie. De sentir que j’appartiens à quelque chose, d’avoir une certaine validation…Je ne suis pas quelqu’un qui se projette dans le futur, mais j’espère que ça ouvrira la porte à de nouvelles rencontres. »


Faustine a remporté 1000$ en argent en plus d’une résidence de recherche au laboratoire agro-culturel RURART, d’une valeur d’environ 1500$. Elle a également reçu un livre de référence écrit par l’un des professeurs de l’université provenant de la COOP de l’Université de Sherbrooke. Ci-dessous, un extrait de la remise de son prix, au centre culturel du Parvis de Sherbrooke. 




Le prix Art + Environnement 2024 sera annoncé au cours de l’année. Restez à l’affût! 


Pour découvrir le travail de Faustine Escoffier, rendez-vous sur sa page Facebook et Instagram. 



bottom of page